changez de paradigme sur l’électricité – 2

regeneration
regeneration

Le chercheur russe Sinyukhine de l’universite Lomonosov à Moscou a découvert en étudiant les fuites d’électrons des blessures de plants de tomates, qu’un courant de même polarité que celui de la plante, de 3 micro Ampères (3 millionièmes d’Ampère!) raccourcissait la régénération de la branche d’un facteur 3.

Un courant plus fort empêchait la “guérison”, un courant de polarité inverse la retardait.

Ceci est rapporté par un chercheur américain de l’Université de Syracuse, Robert O. Becker dans son fameux livre “The body electric” (traduire:”l’électricité du corps”). Lui-même a démontré que lorsque la salamandre forme l’embryon du nouveau membre qui va remplacer sa patte sectionnée, sa tension interne, habituellement de 8 millivolts, monte à 30 millivolts avant de redescendre au fur et à mesure de la guérison. Il réussit ainsi à rendre la grenouille capable de la même régénération que la salamandre à l’aide d’une micro batterie constituée d’un fil d’argent et d’un fil de titane séparés par un tampon de carbone pour abaisser le courant. Pour le rat, un mammifère, il eu le même succès avec un courant de 300 milliVolts.

Pourquoi pas l’homme, s’est-il dit? Des cas ont été cités, notamment avec l’appui de l’algue aphanizomenon flos aquae stimulant les cellules souches. La tension des cellules de notre corps est réputée varier de 60 à 120 millivolts dans des conditions “normales”… Il essaya sur des “cas désespérés” et volontaires et réussit dès la première tentative, en 1973, par une dérivation du nerf sciatique au travers de la moëlle de l’os du membre cassé et en le suturant au niveau de la peau de son extrémité. Le courant utilisé atteignait seulement 300 nanoAmpères. Depuis, des centaines de “cas” ont été soigné ainsi de manière idéale, avec la perfection que sait apporter la nature à tout ce qu’elle fait.

Par la suite il perfectionna sa technique et remarqua que l’argent était non seulement le seul métal à ne pas provoquer d’inflammation en cas de courant trop puissant, mais que de plus, il désinfectait totalement la plaie! Il utilise également avec succès, un filet de nylon tramé d’argent pour les cas compliqués de fractures multiples avec plaie ouverte, issu des recherches de la NASA.

Continuant leurs recherches, Becker & Selden mirent en évidence que dans la phase de courant positif le calcium pénétrait dans les cellules destinées à re constituer les os, de manière beaucoup plus importante alors que les membranes de celles-ci cessaient de le laisser entrer de cette manière dans la phase de courant négatif, d’où l’idée d’une gestion totalement électrique des échanges moléculaires quand les échanges informatifs semblaient régis par la biochimie, comme dans la reconnaissance par les cellules de l’état des cellules voisines.

On comprend mieux pourquoi les traitements à base d’électricité et d’électromagnétisme sont tellement prisés en Russie: ils ne coûtent rien et ils sont efficaces, notamment contre les maladies dégénératives, nerveuses, les arthroses, les fibromyalgies…

Quand on pense qu’en Europe on n’utilise ces techniques qu’à l’aveuglette en nous projetant des courants beaucoup plus puissants depuis des antennes relais, il y aurait de quoi retrouver un peu de modestie quand à la compétence de notre système sanitaire.

Il faut par ailleurs rester très proche de la puissance de l’électricité naturelle du corps faute de quoi on observe des lésions sur les tissus. Par ailleurs, les courant électro-magnétiques pulsés, s’ils peuvent remplacer le nerf abimé en relançant le processus de régénération, ont une action égale sur les cellules anarchiques ou cancéreuses, comme Becker l’a constaté à la fin des années 70 ainsi que le chercheur japonais Akamine, en 1983. Prudence et précision s’imposent donc et il est regrettable que l’approfondissement de ces recherches ne soit pas financé, en France notamment alors que certains appareillages utilisent des puissances trop élevées.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter