Category Archives: conseils

Mon régime anti-ondes

1.-Protection:
Déprogrammer la wifi de l’ordinateur et de la box;
jeter le téléphone portable;
jeter le téléphone sans fil;

jeter le CPL;

jeter tout écran cathodique;

jeter la table à induction;

jeter le mico-ondes;

jeter les couverts, casseroles et plats en alu, téflon ou plastique;

préférer les couverts en bambou ou os qui préservent les vitamines;
acheter un téléphone avec fil ou 2 si vous voulez un 09;
mettre un voile tramé d’argent dans votre col ou votre capuche;
porter les chaussures non isolantes, par exemple à semelle cuir;

à défaut, se laver fréquemment les mains en touchant la bonde ou le robinet, ou se décharger au contact d’un radiateur à eau, du carrelage, d’un sol de pierre, ou d’un métal relié à la terre; ou encore mieux: marcher pieds nus dans l’herbe humide;
porter des tissus naturels uniquement;
mettre de l’aluminium auto-collant sur vos pare-soleils et sur les moteurs électriques dont vous ne pouvez éviter la proximité (25 à 100 cm);

utiliser des blocs-prises blindés;

blinder l’installation électrique en cas de plancher bois;

faire poser un interrupteur automatique de champs électriques;
mettre du voile tramé d’argent au-dessus de votre lit, façon moustiquaire et comme rideaux de fenêtres;
porter un harmonisateur inverseur de champs de torsion ou ondes scalaires levogyres;

faire repérer les réseaux telluriques, failles, cavités et veines d’eau par un géobiologue et éloigner les lieux de séjour de leurs croisements;

utiliser des meubles et de la déco en matières naturels;

idem pour les matériaux de construction et les isolants;

utiliser des cosmétiques et des produits d’entretien bios.

2.-Alimentation:
manger bio;
tout cru sauf les pommes de terre, les légumineuses, le pain et les nouilles;
pas de gluten;
pas de sucres et farines rafinées;
pas de lait animal;
mendiants pour leurs oméga 3 et protéines;
légumineuses et légumes verts foncé pour les protéines;
un peu de sel de mine;
une cuiller à soupe d’huile végétale par jour, de préférence lin, olive, sézame, macadamia, noix en alternance;
légumes lactofermentés fréquents pour la flore intestinale et l’aquilibre acido-basique;
graines germées (beaucoup plus riches aussi).

3.-Sport:
Souvent mais pas trop, le temps de mouiller son maillot.

4.- Pensée constructive- solidarité- observation-générosité-acceptation de l’autre- reconnaissance pour la nature:
Sans commentaire.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

changez de paradigme sur l’électricité – 2

regeneration
regeneration

Le chercheur russe Sinyukhine de l’universite Lomonosov à Moscou a découvert en étudiant les fuites d’électrons des blessures de plants de tomates, qu’un courant de même polarité que celui de la plante, de 3 micro Ampères (3 millionièmes d’Ampère!) raccourcissait la régénération de la branche d’un facteur 3.

Un courant plus fort empêchait la “guérison”, un courant de polarité inverse la retardait.

Ceci est rapporté par un chercheur américain de l’Université de Syracuse, Robert O. Becker dans son fameux livre “The body electric” (traduire:”l’électricité du corps”). Lui-même a démontré que lorsque la salamandre forme l’embryon du nouveau membre qui va remplacer sa patte sectionnée, sa tension interne, habituellement de 8 millivolts, monte à 30 millivolts avant de redescendre au fur et à mesure de la guérison. Il réussit ainsi à rendre la grenouille capable de la même régénération que la salamandre à l’aide d’une micro batterie constituée d’un fil d’argent et d’un fil de titane séparés par un tampon de carbone pour abaisser le courant. Pour le rat, un mammifère, il eu le même succès avec un courant de 300 milliVolts.

Pourquoi pas l’homme, s’est-il dit? Des cas ont été cités, notamment avec l’appui de l’algue aphanizomenon flos aquae stimulant les cellules souches. La tension des cellules de notre corps est réputée varier de 60 à 120 millivolts dans des conditions “normales”… Il essaya sur des “cas désespérés” et volontaires et réussit dès la première tentative, en 1973, par une dérivation du nerf sciatique au travers de la moëlle de l’os du membre cassé et en le suturant au niveau de la peau de son extrémité. Le courant utilisé atteignait seulement 300 nanoAmpères. Depuis, des centaines de “cas” ont été soigné ainsi de manière idéale, avec la perfection que sait apporter la nature à tout ce qu’elle fait.

Par la suite il perfectionna sa technique et remarqua que l’argent était non seulement le seul métal à ne pas provoquer d’inflammation en cas de courant trop puissant, mais que de plus, il désinfectait totalement la plaie! Il utilise également avec succès, un filet de nylon tramé d’argent pour les cas compliqués de fractures multiples avec plaie ouverte, issu des recherches de la NASA.

Continuant leurs recherches, Becker & Selden mirent en évidence que dans la phase de courant positif le calcium pénétrait dans les cellules destinées à re constituer les os, de manière beaucoup plus importante alors que les membranes de celles-ci cessaient de le laisser entrer de cette manière dans la phase de courant négatif, d’où l’idée d’une gestion totalement électrique des échanges moléculaires quand les échanges informatifs semblaient régis par la biochimie, comme dans la reconnaissance par les cellules de l’état des cellules voisines.

On comprend mieux pourquoi les traitements à base d’électricité et d’électromagnétisme sont tellement prisés en Russie: ils ne coûtent rien et ils sont efficaces, notamment contre les maladies dégénératives, nerveuses, les arthroses, les fibromyalgies…

Quand on pense qu’en Europe on n’utilise ces techniques qu’à l’aveuglette en nous projetant des courants beaucoup plus puissants depuis des antennes relais, il y aurait de quoi retrouver un peu de modestie quand à la compétence de notre système sanitaire.

Il faut par ailleurs rester très proche de la puissance de l’électricité naturelle du corps faute de quoi on observe des lésions sur les tissus. Par ailleurs, les courant électro-magnétiques pulsés, s’ils peuvent remplacer le nerf abimé en relançant le processus de régénération, ont une action égale sur les cellules anarchiques ou cancéreuses, comme Becker l’a constaté à la fin des années 70 ainsi que le chercheur japonais Akamine, en 1983. Prudence et précision s’imposent donc et il est regrettable que l’approfondissement de ces recherches ne soit pas financé, en France notamment alors que certains appareillages utilisent des puissances trop élevées.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

ALIMENTATION : LES CONSEILS ANTI-CANCER DU Pr HENRI JOYEUX

Par D.Vialard, cité in extenso:
“La médecine officielle a inventé il y a quelques années une nouvelle maladie : l’orthorexie. Cette maladie, proche d’une maladie mentale, serait le fait des personnes qui se méfient de ce qu’elles mangent, scrutent avec attention les étiquettes, et se conforment à des règles très strictes ne laissant aucune place aux aliments jugés malsains. Je pense pour ma part que ce que l’on appelle une maladie n’est en fait qu’une réaction de bon sens face aux manipulations criminelles auxquelles se livrent en permanence les industriels de l’alimentaire et la plupart des agriculteurs. 
Poisson qui ne dit pas son nom, faux œufs bio…
Comment ne pas devenir orthorexique quand pas un jour ne passe sans un nouveau scandale ? 
Après l’affaire (inter)minable de la viande de cheval, voici que l’on apprend que 60% du thon consommé aux Etats-Unis n’est pas du thon et qu’un tiers des poissons vendus ne sont pas ce qu’ils sont censés être (1).
Et chez nous ? Poissons d’élevage pseudo-sauvages, variétés surexploitées que l’on fait passer pour d’autres… Un autre scandale agro-alimentaire se profile.
En parcourant les journaux, j’apprends aussi qu’en Allemagne, 200 exploitations ont été épinglées pour avoir vendu des œufs bio qui n’en étaient pas…
La même semaine, je lis ce que j’avais déjà écrit l’été dernier : à savoir que 90% des vins contiennent des pesticides (2).
Au même moment, on apprend qu’on nous cache la valeur calorique des fibres sur les étiquettes…
C’est clair maintenant, les “alimenteurs” sévissent à tous les étages.
Un cancer sur deux est lié à de mauvaises habitudes alimentaires
Pourtant, il faut bien manger ! « Bien » dans le sens où le plaisir de manger doit rester intact et ne pas nous rendre dingue. « Bien » dans le sens où l’alimentation est l’un des meilleurs moyens de prévention du cancer et des maladies de civilisation.
Les cas de cancers dans le monde devraient augmenter de 75% d’ici à 2030, selon une étude publiée en 2012 dans « The Lancet Oncology ». Or 50% des cancers déjà sont liés à de mauvaises habitudes alimentaires. C’est un minimum sachant que c’est l’Académie de Médecine qui le dit…
La place centrale de notre rapport à l’alimentation dans le développement des cancers ne fait aucun doute. C’est ce que martèlent depuis des années quelques experts indépendants comme le Pr Henri Joyeux. Ce cancérologue pionnier de la prévention primaire par l’alimentation l’a dit bien avant feu l’excellent David Servan-Schreiber.
« Mieux vaut un bon menu qu’une ordonnance ! »
Professeur de cancérologie et de chirurgie digestive à la Faculté de Médecine de Montpellier, Henri Joyeux est l’un des meilleurs spécialistes français en nutrition, alimentation et cancer. Il aime à citer Jean Rostand. C’est sa façon à lui de traduire le premier précepte hippocratique. Dans sa préface de « L’alimentation ou la troisième médecine », œuvre maintes fois rééditée de son ami Jean Seignalet, il rappelle cette évidence : « c’est la nutrition qui fait l’unité du corps humain cohérent ». 
Nous sommes ce que nous mangeons mais hélas tous les conseils nutritionnels ne vont plus dans le même sens, d’où l’intérêt de rappeler les fondamentaux.
Les conseils essentiels d’Henri Joyeux pour éloigner le cancer et les maladies chroniques
Nous portons tous en nous des cancers potentiels, explique Henri Joyeux. Des cellules dormantes qui possèdent un potentiel de transformation cancéreuse. Voire de minuscules tumeurs peut-être, tapies, endormies. Alors ne les réveillons pas et ne les stimulons pas par de mauvaises habitudes alimentaires ou des comportements dangereux.
Il conseille donc d’éviter autant que possible 3 types de produits : 
  • les viandes rouges et les charcuteries,
  • les produits laitiers,
  • le gluten.
1 – La viande doit redevenir un aliment spécial
C’est exactement ce que prône un tout récent rapport des Nations unies pour l’environnement, pour des raisons évidemment écologiques. Mais ce qui vaut pour la planète vaut pour notre écologie personnelle : il nous faut réduire drastiquement notre ration de viande.
Cela nous évitera bien des acides gras saturés et des complications.
L’idéal est de revenir à l’alimentation des années 50, juste avant que nos habitudes alimentaires ne basculent du végétal à l’animal.
Manger de la viande exceptionnellement et de préférence blanche, dans des plats où celle-ci n’est pas l’ingrédient principal. Priorité aux légumineuses (attention au mode de cuisson, qui doit rester léger), avec des petites bouchées de viande. C’est aussi ainsi que l’on se nourrit encore dans les pays les plus démunis et l’on ne s’en porte pas plus mal malgré la pauvreté.
2 – Laissez les produits laitiers aux veaux…
Les sécrétions des mamelles de la vache sont bonnes pour le veau. Pour l’enfant, la nature a fait le sein maternel.
Retenons que les produits laitiers contiennent trois familles de facteurs de croissance : 
  • les EGF : facteurs de croissance épidermique,
  • les TGF : facteurs de croissance de transformation (squelette, articulations, muscles…),
  • les IGF : facteurs de croissance de l’insuline.
Ces trois facteurs de croissance sont dangereux pour l’être humain. Encore une fois, ils sont destinés au veau. Or un veau, un an après sa naissance, pèsera avec ce régime 350 kg quand un petit d’homme atteindra 5 kg…
Ces facteurs de croissance ne sont pas détruits par le mode de conservation UHT, l’ultra haute température (consistant à porter le lait à 140° pendant 3 à 4 secondes) et vont attaquer notre foie, notre pancréas, nos muscles… Nos grands-mères faisaient mieux : en faisant bouillir le lait jusqu’à obtenir une crème de surface qu’elles évacuaient, elles éliminaient ces facteurs de croissance.
Trois produits laitiers par jour : la voie royale vers la maladie chronique
Se gaver de produits laitiers, c’est donc se gaver d’hormones de croissance inadaptées à notre organisme. Ce n’est pas un hasard si les nouveaux traitements en cancérologie passent pas des thérapies ciblées sur le tissu tumoral, des anti-angiogéniques, autrement dit des anti-facteurs de croissance.
A quoi bon consommer ces facteurs de croissance pour se soigner après avec leurs antagonistes ? 
Et que penser des recommandations du Programme National Nutrition Santé 2011-2015 qui impose encore 3 produits laitiers par jour pour les enfants comme pour les adultes ?
Pour le calcium ? Les produits laitiers nous en apportent 3 fois trop. Sachant que le calcium n’est absorbé qu’à 35% par notre métabolisme, le reste va aller calcifier notre squelette, nos articulations, irriter notre côlon. Avec arthroses, maladies auto-immunes et cancers à la clé.
Pour le sucre ? Le lactose entraîne de « lactolisme » pour reprendre l’expression d’Henri Joyeux !

3 – Réduire ou supprimer le gluten

En transformant génétiquement notre froment (les épis montaient bien plus haut dans les champs de blé des années 50), l’agriculture intensive nous a exposés à des dangers qui ne cessent de croître.
Vous êtes toujours ballonné, vous avez des gaz, une mauvaise excrétion ? Vous êtes plutôt souvent fatigué ? Vous souffrez peut-être de la maladie coeliaque. Facile à déceler soi-même : il suffit de se passer pendant 15 jours :
  • de pain, même complet,
  • de pâtes,
  • de pizzas,
  • de viennoiseries et autres biscuits.
Si au bout de 15 jours les symptômes diminuent ou disparaissent, c’est que l’on est intolérant ou allergique au gluten.
Le gluten des produits à base de blé, de maïs, de seigle, d’orge, mais aussi de kamut ou d’épeautre favorise la porosité intestinale. Autrement dit l’intoxication générale de nos organes : les mauvaises molécules comme celles du lait, au lieu d’être évacuées par notre côlon, vont aller réveiller nos cellules à potentiel de cancérogénicité. Et détruire notre système immunitaire, d’où l’explosion des maladies auto-immunes.
Attention en particulier au pain moderne qui outre sa pauvreté nutritionnelle nous apporte presque à lui seul la quantité de sel dont notre organisme a besoin au quotidien. Salez vos plats par dessus et on connaît le résultat…
Du bio, de saison. Ça va sans dire… mais ça va mieux en le disant…
Quel que soit son choix alimentaire, le plus important est de manger bio et avec mesure, c’est un préalable. Bio, si l’on peut. Cela a un prix que tout le monde ne peut s’offrir. Mais on peut au moins manger des produits de saison en se rapprochant le plus possible de l’agriculteur-producteur (le premier acteur de santé).
Prudence par contre sur les conserves et les surgelés, même bio, vecteurs d’helicobacter pylori (direction l’estomac) ou de bactéries dévastatrices (direction l’intestin et sa flore), inflammatoires et cancérigènes à la longue. A consommer avec modération.
Savoir conserver les aliments et les protéger de l’oxydation
Attention en fait au mode de conservation tout court : si vous achetez du bio et que vous ne savez pas le conserver, cela ne sert à rien.
Vous connaissez le danger de certaines bactéries mais peut-être ignorez-vous que les antioxydants mal conservés deviennent pro-oxydants. Je vous renvoie ici à un excellent livre hélas trop peu connu : « L’oxydation des aliments et de la santé » (5). Jean Morelle, qui l’a écrit peu avant sa mort, y explique comment par exemple introduire dans la cuisine certains légumes pour contrecarrer le phénomène d’oxydation du plat… Ce chercheur atypique, biochimiste, a consacré sa vie au stress oxydatif, générateur de bien des maladies.
Les 12 grand conseils de santé du Pr Joyeux
Voici 12 conseils à suivre (en persévérant !) pour prévenir non seulement les cancers et leurs récidives mais aussi les maladies de civilisation : diabète, surpoids, maladies auto-immunes, des rhumatismes à l’Alzheimer… L’alimentation y tient une place forcément centrale…
1. Faire de l’exercice régulièrement en transpirant pour éliminer les pollutions des pesticides, insecticides… : au moins deux fois 30 mn par semaine. Vous ferez fondre votre gras en excès, perdrez du poids et renforcerez la masse musculaire.
2. Eviter le surpoids excessif : pas plus de 5 kg par rapport à votre poids idéal. Ne suivez aucun régime, mais mangez mieux et meilleur et vous perdrez 1 kg par mois (voir Le livre « Changez d’Alimentation – l’Atout Bio », ci-dessous).
3. Si vous voulez avoir des enfants, le mieux est avant 30 ans ET si vous avez des enfants, allaitez-les au moins 6 mois.
Attention au ”Parlodel” destiné à couper la lactation. L’allaitement maternel, c’est l’idéal pour la santé du bébé (point besoin de vaccinations pendant ce temps) et pour la santé des seins de la maman.
Pour les hommes soyez des pères modernes, attentifs, capables de cuisiner et de faire le ménage…
4. Si vous voulez fumer, gardez une ou deux cigarettes par jour, pas plus, ET évitez le tabagisme passif. Les risques de cancer sont au niveau des voies respiratoires, de la vessie, du cerveau.., des troubles vasculaires, cardiaques, cérébraux, l’Alzheimer et le Parkinson.
Le cannabis et les drogues dures, en plus des dégâts pour le cerveau (schizophrénie, névroses, psychoses, dépressions), réduisent les défenses immunitaires et peuvent faire le lit de cancers gravissimes d’évolution très rapide.
5. Buvez au total 3 grands bols par jour : le matin de tisanes de thé, thym, romarin, sauge… et le soir  verveine, camomille, tilleul, achillée millefeuille…  + 3 verres d’eau au repas et un verre (ballon) de bon vin bio à la fin de chaque repas.
Ni coca, ni soda, ni Nutella… ils apportent trop de sucres, sources de gras (dans le foie et sous la peau), et ne consommez jamais de faux sucres et de produits light même si vous êtes diabétique.
Un à 2 cafés pas plus par jour, avec un carré d’Omegachoco pour votre palais des saveurs.
6. Consommez plus de calcium végétal qu’animal. Et pour le calcium animal, choisissez en priorité les produits laitiers des petits animaux, chèvres et brebis (1 seule portion par jour). Pas de produits laitiers liquides ou semi-liquides, ils contiennent trop de sucres sous forme de lactose dont vous ferez du gras.
Mastiquez pour saliver et goûter, vous régalerez votre palais des saveurs.
7. Augmentez la consommation de salades et autres crudités + 4 à 6 fruits frais par jour, si possible bio et de saison, dont un fruit frais à chaque récré… pour les enfants en âge scolaire.
Pas de compotes, elles contiennent trop de sucre et vous ne les mastiquez pas.
Le meilleur sucre est le fructose présent dans les fruits frais, mais aussi dans les miels non chauffés de proximité (surtout acacias et châtaigniers que peuvent consommer les diabétiques en petite quantité).
Arrosez vos salades d’huile d’olive bio, vierge, première pression à froid et de jus de citron.
8. Consommez fruits secs et oléagineux (noix-noisettes-amandes-pignons) et légumineuses cuites à la vapeur douce de courte durée, quelques minutes pour être al dente.
Les légumineuses seront à croquer, conserveront leurs goûts, leurs phytohormones et toutes leurs fibres, utiles pour votre flore intestinale et nettoyer les côlons pour l’évacuation des déchets, évitant ainsi la constipation source de pullulation et putréfaction intestinales.
9. Consommez poissons et fruits de mer, 2 à 3 fois par semaine, pour avoir l’iode pour votre thyroïde, les oméga 3, les minéraux et les oligo-éléments pour nourrir vos neurones. Faites travailler vos connections neuronales et vos neurones en évitant les nombreuses émissions débiles à la télévision, lisez, cultivez vous, détendez vous astucieusement en famille.
10. Evitez les plats trop cuisinés. Cuisinez TOUT à la vapeur douce, abandonnez les micro-ondes, la cocotte-minute, les fritures… qui abiment les qualités nutritionnelles des aliments.
11. Consommez moins de gluten, car si vous avez la moindre intolérance, il est responsable de porosité intestinale. Il est présent dans les pains, pizzas, pâtes, viennoiseries, biscuits qui se comportent comme des sucres. Les remplacer par les pains des fleurs, graines et farines de sarrasin, millet, quinoa, châtaigne.
12. Evitez au maximum les consommations hormonales prolongées, idéalement moins de 5 ans pour la contraception et mieux pas du tout. Faites prendre aux hommes leurs responsabilités avec le préservatif qui est sans danger pour personne. Pas de traitement hormonal à la ménopause en dehors des phytohormones à la demande.
Ces bons conseils en poche, vous pouvez vous alimenter sereinement en faisant votre propre cuisine. A propos, un dernier conseil de Madame Joyeux cette fois : faites-la en chantant, cela n’en sera que meilleur !”
Dominique Vialard
avec l’aimable participation du Pr Joyeux et de son épouse
Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

OBÉSITÉ : MÉFIEZ-VOUS DE CE M.S.G.

Je reprends ci-après un article du très documenté auteur qu’est Michel DOGNA:

” Je me suis demandé s’il pourrait y avoir un actuel produit chimique causant l’épidémie d’obésité massive, et c’est ce qu’a fait John Erb.
Il était assistant de recherche à l’Université de Waterloo en Ontario, au Canada, et a passé des années à travailler pour le gouvernement. Il a fait une découverte étonnante en passant en revue des journaux scientifiques pour l’écriture de son livre intitulé « L’Empoisonnement lent de l’Amérique. »
Dans des centaines d’études à travers le monde, des scientifiques créaient des souris et des rats obèses pour les utiliser dans des tests d’études portant sur les régimes ou sur le diabète en leur injectant du MSG (ou Glutamate monosodique) dès leur naissance. Le MSG triple la quantité d’insuline que le pancréas sécrète.
Monique Carrière raconte : « Je suis allée dans ma cuisine et j’ai vérifié le garde-manger et le réfrigérateur. Le MSG était dans tout : Les soupes Campbell, les Doritos Hostess, les chips Lays assaisonnées, la garniture Ramen, le Hamburger Helper de Betty Crocker, la sauce Gravy de Heinz, les repas préparés de Swanson et des sauces à salade Kraft, particulièrement les faibles en calories, etc. »
Le Glutamate monosodique MSG se cache derrière plus de 25 noms, tels que : Arôme Naturel “Protéine Végétale hydrolysée”. En anglais, on trouve : “Accent”, “Aginomoto”, “Natural Meat Tenderizer (Attendrissant à Viande Naturelle)”, etc. Il est choquant de voir jusqu’à quel point la nourriture dont nous nous alimentons ainsi que nos enfants chaque jour est imprégnée de cette substance.
Monique Carrière ajoute : « Nous avons commencé à demander aux restaurants quels articles du menu contenaient du MSG. Plusieurs employés ont juré qu’ils n’utilisaient pas de MSG. Mais quand nous demandons la liste des ingrédients, la Protéine Végétale Hydrolysée est partout. Burger King, McDonald’s, Wendy’s, Taco Bell, TGIF, Chili’s, le Applebee’s et Denny’s utilisent le MSG en abondance. PFK (Kentucky fried chicken) a semblé être le pire contrevenant. Le MSG est dans chaque plat de poulet, sauce à salade et la sauce brune. Leur épice secrète contient du MSG! »
John Erb, dans son livre «l’Empoisonnement Lent de l’Amérique», stipule que le MSG est ajouté à l’alimentation pour l’effet de dépendance qu’il provoque. « Je te gage que tu ne peux pas en manger qu’une seule » (publicité des chips Lays), prend une toute nouvelle signification lorsque l’on sait que le MSG est impliqué !
Les fabricants eux-mêmes, admettent qu’ils rendent les gens dépendants à leurs produits pour qu’ils choisissent ces produits plutôt que ceux des compétiteurs. Non seulement il a été scientifiquement prouvé que le MSG provoque une dépendance comme la cigarette, mais il entraine aussi l’obésité.
Depuis son introduction dans l’alimentation américaine, le MSG a été ajouté de façon sournoise en de plus en plus grandes doses aux repas préparés, aux potages, aux casse-croûtes et aux menus de la restauration rapide. La communauté de recherche médicale aussi bien que les manufacturiers en alimentation connaissent les effets secondaires du MSG depuis des décennies. Quelque 115 études médicales mentionnées dans le livre de John Erb lient le MSG au diabète, aux maux de tête et migraines, à l’autisme, aux DADH et même à l’Alzheimer.
CONCLUSION :
1 – Il faut lire les étiquettes encore plus que jamais !!
2 – Il serait souhaitable que les restaurateurs prennent conscience qu’ils sont responsables de la santé de leurs clients
ET VOS CHERS ANIMAUX !
Savez-vous pourquoi vos chats et chiens aiment généralement tant les croquettes et les boites ?
N’avez-vous pas remarqué comment ils se ruent sur la nourriture ? Ils vous bousculent et ne vous laissent pas le temps de transvaser les aliments ; c’est parce qu’ils sont en MANQUE ! (à cause du glutamate). Un animal normalement nourri avec des produits naturels prend toujours le temps de renifler tranquillement avant de manger. Si vous avez succombé à la publicité, vos animaux sont donc drogués……..mais les boites et les granulés, c’est bien sûr tellement facile et pratique ! Et personne ne fera la relation s’ils finissent leur vie par un cancer. Les animaux de compagnie n’avaient pratiquement jamais de cancer du temps de nos grands parents. Alors cherchez l’erreur….

Michel Dogna

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Aide à la désintoxication aux métaux lourds et pesticides: bain dérivatif égal fin des allergies

Moi qui apprécie particulièrement les jupes et suis curieux de constater que le port du kilt concerne un peuple particulièrement nordique, je viens d’adopter cette méthode de Madame France GUILLAIN: abaisser la température interne, tout en restant au chaud, dès que vous en avez la possibilité, en mettant votre bas-ventre au contact d’une lingette, d’une bouteille, d’un jet ou de tout récipient pratique froid ou glacé (dans ce cas enveloppé dans un tissu).

bain dérivatif

Cette technique mobilise les fascias,membranes situées entre le derme et les muscles, lieu où se situent les graisses qui stockent toutes nos pollutions que l’organisme n’a pu éliminer par les émonctoires (anus, rectum, peau, nez).

Ces déchets viennent aussi de ce que le système digestif n’a pu gérer soit parce que le système immunitaire le considère comme impropre car il a causé des problèmes dans le passé (c’est le mécanisme de l’allergie), soit parce qu’aucun enzyme présent ne connait l’aliment en question ( je vous rappelle que les enzymes sont détruits par la cuisson, à partir d’environ 60° et qu’il n’en reste plus au-delà de 95°, sans parler du micro-ondes, qui les fait muter en cassant les brins de liaison moléculaires).

Donc, nos fascias se mettent à vibrer au contact du froid et éliminent ainsi les graisses saturées.

Il faut distinguer ce “bain dérivatif” du bain de siège où l’on est nu et où l’on trempe ses fesses dans l’eau glacée pendant 10 minutes.

Cette technique a d’autres avantages (elle purge les organes en contractant les vaisseaux sanguins et les canaux lymphatiques dont la circulation s’accélère), mais ne détoxifie pas les fascias. Par contre le bain dérivatif doit, pour une cure, être effectué si possible 3 fois une heure pendant 8 jours.

Ensuite vous pouvez réintroduire petit à petit (une graine, puis 2, puis 4… une pincée…) sur 8 autres jours l'(es) aliment(s) que vous rejetiez pour le(s) faire admettre à votre système immunitaire.

Bon courage, mais c’est plus rapide et plus efficace que tous les régimes, et surtout moins cher.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Jacqueline Bousquet est morte, vive Jacqueline Bousquet!

Comme on disait pour le Roi autrefois, laissez-moi dire, une fois n’est pas coutume, que je compte toujours sur elle pour m’inspirer dans mon travail, tellement elle a fait pour la compréhension et l’actualisation des connaissances sanitaires anciennes compte tenu des découvertes et des techniques récentes.

Je sais qu’elle ne considérait pas la mort comme une fin, comme elle le dit dans ses livres (Au coeur du vivant, Science dans la lumière…) et il lui reste beaucoup à nous apprendre, surtout maintenant qu’elle a accès à la totalité du savoir.

Jacqueline Bousquet
Jacqueline Bousquet
Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Pourquoi toujours du 220 volts?

transformateur
transformateur

Dans une maison chauffée centralement ou au bois, seules les “pièces techniques” utilisent, sauf exception, directement le courant alternatif en 220 V. En effet, l’éclairage, les appareils multimédia et même les petits aspirateurs se trouvent facilement en alimentation par petit transformateur ou chargeur.

J’ai connu l’alimentation en 110 sans avoir un âge canonique. C’est encore le cas aux Etats-unis. Il y aurait lieu d’ajuster aux besoins réels dans une période de lutte contre le réchauffement climatique.

Ne devrait-on pas normaliser et appliquer une conversion pour les autres pièces en courant continu aux divers voltages nécessaires, car courants (sans jeu de mots): 9 V et 1,5 V essentiellement.

Cela nous mettrait à l’abri des champs électriques perturbants durant le sommeil, le repos ou le travail prolongé.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Vous aimez vos enfants: ne faites pas vos courses alimentaires…au supermarché!

supermarche Les acides gras trans qui sont notoirement cancérigènes ne sont pas toujours étiquetés alors qu’ils devraient être interdits. Ils sont en partie responsables de l’épidémie de crises cardiaques même chez les moins de 50 ans.

Les huiles partiellement hydrogénées ne sont toujours pas interdites alors qu’elles sont reconnues cancérigènes par l’OMS depuis l’alerte de l’Académie des sciences américaines.

Le glucose fructose est dans tous les plats préparés alors que c’est un cancérigène reconnu qui trompe le système de production d’insuline car il n’est pas reconnu comme un sucre par l’organisme. C’est le principal responsable de l’épidémie d’obésité avec le glutamate que l’on retrouve partout lui aussi.

Ne leur achetez plus de bonbons et pas de cosmétiques: ils servent à recycler les déchets de l’industrie agroalimentaire (cadavres, lesciviats, invendus avec leurs emballages, excédents de maïs…) et même les animaux euthanasiés par les vétérinaires (avec le poison) et ceux qui sont dits “victimes de la route”.

Pour plus d’informations, vous pouvez lire les livres-documents de William Reymond, journaliste d’enquête (Toxic, Toxic food), de David Servan-Schreiber, psychiâtre (Anti-cancer, Guérir), ou de Maurice Pasquelot (La Terre chauve)… et bien d’autres.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Changez de paradigme sur l’information

Nous sommes tous mis en forme par notre information. Ceci n’est pas qu’un jeu de mots.

Sur le plan de la physique, ce qui tend à structurer l’énergie en matière, ce sont les ondes électro-magnétiques portant les photons d’énergie et l’information. Les physiciens quantiques parlent d’hologramme.

Fritz-Albert POPP l’a mis en évidence avec les bio-photons du corps.

D’où la nécessité de veiller à la qualité de notre information, n’est-ce pas?

hologramme
hologramme
Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Changez de paradigme sur la radiesthésie – la vérité toute nue

depistage cancer
dépistage cancer

Qu’est-ce que c’est que ça? Est-ce bien scientifique?

Ce n’est pas sa réputation. Et pourtant, la radiesthésie est tout à fait compatible avec la physique quantique, c’est-à-dire avec la nouvelle théorie dominante, nouvelle depuis 1925, année des premiers prix Nobel délivrés à ses découvreurs.

La radiesthésie se dispense d’instruments compliqués, dont on ne sait pas bien non plus comment ils marchent d’ailleurs. C’est peut-être cela son tors. Cependant Elle détecte des problèmes que ne peuvent découvrir les machines que tardivement et souvent a grands frais.

C’est notamment le cas du Cancer. Cette affection terrible et encore si souvent radicale et définitive, ne peut être détectée par radiographie, scanner ou IRM, qu’à partir de la taille de 1 centimètre-cube pour 1 gramme. Or la tumeur n’atteint cette dimension qu’au bout de 8 à 10 ans, et à ce stade, elle se nourrit elle-même au dépends du système circulatoire et ne peut plus régresser sous l’effet des thérapies à base de chimie. Elle a dépassé les 1000 cellules qui permet son autonomie depuis longtemps, puisqu’elle atteint alors 1 milliard de cellules.

Que devons-nous préférer? Repérer précocement la croissance anormale de l’organe malade ou attendre la confirmation des analyses “traditionnelles”?

Croire en la radiesthésie n’est rien de plus que croire en une réalité supérieure, en fait c’est tout à fait cela, et de plus, c’est le moyen de constater que la communication se fait entre les deux réalités.

Une fois que vous l’aurez constaté vous aurez confiance en cette possibilité de contact, dès que vous serez centré, à l’écoute et désintéressé.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Changer de paradigme sur l’électricité

Toute activité cellulaire produit une activité électrique. C’est pour cela qu’un électro-cardiogramme, un électro-encéphalogramme ou un électro-myogramme nous donnent des informations sur l’état et le fonctionnement de notre coeur, de notre cerveau ou de nos muscles.

Comme le disent Mme DUBRO et M. LAPIERRE, “le rôle de la lumière dans les processus biologiques a été découvert par Fritz Albert Popp en 1976″’. Ce chercheur allemand a en effet observé que toute cellule vivante émet un rayonnement lumineux appelé biophotons. On peut voir cette émission photonique dans une bande de longueur d’onde de 200 à 800 manomètres. Depuis ce temps, nous avons appris que les biophotons sont emmagasinés et libérés dans les spires de la double hélice de la molécule d’ADN. Cette double hélice sert d’antenne réceptrice et émettrice de lumière. Popp a établi que ces émissions biophotoniques sont cohérentes, c’est-à-dire que l’ADN n’est pas juste un transporteur du code génétique et qu’il joue un rôle important dans la transmission de lumière et d’électricité. Quand la conduction électrique devient un processus cohérent (tous
les électrons sont en cadence) dénué de résistance, on obtient ce qu’on appelle la Supraconductivité. L’ADN est un supra-conducteur de l’énergie photonique! La double hélice de l’ADN retient la lumière qui lui sert de source d’énergie. Les cellules communiquent entre elles au moyen d’émissions photoniques de fréquences spécifiques. C’est la lumière qui achemine l’information. La molécule d’ADN n’est pas la seule molécule du corps à être photoactive (sensible à la lumière). Le récepteur photonique de la rétine de l’œil, la molécule est présent presque partout dans le corps. Les molécules d’hème, à partir desquelles est formée l’hémoglobine, ainsi que la mélanine, le carotène et nombre de métalloenzymes sont toutes photoactives”.

Par ailleurs, les travaux de Jacques Benveniste ont confirmé le rôle des signaux électromagnétiques dans la communication entre cellules. En 1995, en se servant d’une simple carte son d’ordinateur, il a réussi à enregistrer des signaux cellulaires. Quand il a fait entendre cet enregistrement aux systèmes biologiques visés, les cellules ont réagi comme si elles étaient en présence de la substance d’origine !
Selon ce chercheur, tout signal cellulaire peut être représenté par une fréquence d’un spectre allant de 20 Hertz à 20 000 Hz, ce qui correspond à la gamme de fréquences de la voix humaine”.

Pourtant qui fait attention au voltage résiduel issu des multiples câblages de nos chers appareils indispensables, et à celui de ces gadgets eux-mêmes?

Le fonctionnement électrique de notre corps lui se limite à 120 millivolts alors qu’un appareil électrique non relié à la terre ou relié à une mauvaise terre atteint facilement 8000 millivolts.

Afin d’éviter l’épuisement qui ferait le lit de la maladie, il est donc recommandé de mesurer la tension induite du corps.

electricite-induite
électricité induite
Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter