Category Archives: électromagnétisme

Pollution électromagnétique : l’Académie Américaine de Médecine Environnementale sonne l’alerte

Dans un communiqué du 12 avril 2012, l’AAEM rend publique sa position quant aux effets sanitaires des Champs Electro-Magnétiques qu’ils soient de très basses fréquences ou de hautes fréquences (radiofréquences) et en appelle à l’application immédiate de précautions quant au déploiement des compteurs électriques dits intelligents et des technologies sans fil.

 « Citant plusieurs études scientifiques, l’Académie Américaine de Médecine Environnementale, conclut que des effets biologiques délétères importants surviennent suite à des niveaux d’exposition non-thermiques, montrant un lien de causalité. L’Académie Américaine de Médecine Environnementale exprime son inquiétude quant aux effets significatifs mais peu connus des Champs Electro-Magnétiques et radiofréquences, sur la santé humaine. » lit-on dans le communiqué de l’AAEM.

L’AAEM insiste également sur l’importance de développer la recherche indépendante et à reconnaître l’hypersensibilité électromagnétique comme un problème croissant dans le monde.

Aujourd’hui, les signaux d’un risque pour la santé et l’environnement dû à la pollution électromagnétique sont indéniables, même si les niveaux de preuve de dommages pour la santé et les mécanismes et voies d’action de ces agents physiques ne sont pas encore totalement établis. L’accroissement des tumeurs du cerveau chez l’enfant ne peut plus être ignoré. Le nombre croissant de personnes devenant hypersensibles à cette pollution peut être considéré comme une « population sentinelle » au sein de laquelle on compte de plus en plus de jeunes, qui nous envoie « in vivo » un signal fort des désordres sanitaires à attendre si aucune mesure n’est prise.

Le principe de précaution, inscrit par le législateur dans la charte constitutionnelle, est destiné à prendre en charge cette situation où le risque, compte tenu des connaissances du moment n’est pas avéré mais seulement suspecté.

Il y a aujourd’hui urgence à en tirer les conséquences eu égard à l’absence d’évaluation de l’impact sanitaire et environnemental de la multiplication des technologies dont le déploiement est prévu à court terme (femtocells, Linky, 4G, radio numérique terrestre…), générant une pollution électromagnétique de plus en plus composite et sans rapport avec l’environnement auquel nos organismes sont adaptés depuis des millénaires.

C’est pourquoi, les associations signataires demandent à la nouvelle majorité présidentielle, tout récemment sortie des urnes, de prendre toute la mesure de ce risque pour la santé et l’environnement, dans un dossier plombé par le lobbying et les conflits d’intérêt et de se prononcer sur l’encadrement du développement de toutes les technologies sans fil en application du principe de précaution.

Il en va de l’avenir de notre jeunesse, particulièrement exposée et vulnérable à cette pollution, de notre système de solidarité nationale en matière de maladies chroniques et de handicap, et de notre capacité à innover technologiquement en plaçant la santé et l’environnement au cœur des préoccupations.

source:

http://www.robindestoits.org/Pollution-electromagnetique-l-Academie-Americaine-de-Medecine-Environnementale-sonne-l-alerte-electrosensible-org-10-05_a1630.html

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Des Chercheurs français viennent de démontrer que les champs électromagnétiques (CEM) modifient sensiblement la physiologie du sang et du cerveau des personnes électrosensibles

… et que l’impact sur ces marqueurs biologiques augmente et diminue selon l’intensité de l’exposition. «Nous savons avec certitude que l’hypersensibilité électromagnétique n’est pas psychosomatique», nous a confirmé l’oncologue Dominique Belpomme en entrevue téléphonique. « Les CEM provoquent des effets majeurs dans le cerveau. Le plus important d’entre eux est l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique. Cela permet au mercure, aux organochlorés et à d’autres polluants de pénétrer dans le cerveau, où ils causent diverses maladies neuro-dégénératives.» 20 nouveaux patients par semaine

Professeur d’oncologie à l’Université Paris Descartes, le Dr Belpomme est président de l’Association pour la recherche thérapeutique anticancéreuse (artac.info), qui s’est réorientée dans la prévention à partir de 2004. Depuis mai 2008, son équipe étudie ce qu’il a nommé le syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques ( SICEM). « J’ai 450 malades et je vois jusqu’à 20 nouveaux cas chaque semaine, y compris des enfants qui ont des maux de tête, des troubles de la mémoire, de la concentration ou du langage. Nous avons la plus grande série européenne de malades électrosensibles. C’est un enjeu majeur de santé publique.»

Le SICEM est une réaction extrême à de faibles niveaux d’exposition aux champs électriques et magnétiques d’extrêmement basses fréquences (50-60 Hertz) émis par les câbles et les appareils électriques ainsi qu’aux radiofréquences (10 megaHertz à 300 gigaHertz incluant les micro-ondes) des appareils sans fil et leurs antennes. Ce syndrome est reconnu en Suède comme un handicap donnant droit à diverses modifications de l’environnement subventionnées par l’État afin de réduire l’exposition aux CEM.

Les gens les plus sensibles sont souvent référés, à tort, en psychiatrie : leurs symptômes (notamment cardiovasculaires, dermatologiques, neurologiques et musculaires) sont si graves qu’ils doivent se protéger des ondes à l’aide de vêtements, rideaux, peintures et pare-vapeurs métalliques idéalement mis à la terre. D’autres déménagent carrément dans des forêts, grottes et autres endroits reculés, loin de toute émission de CEM.

L’équipe du Dr Belpomme a mis au point une méthode diagnostique basée sur des tests sanguins et un électroencéphalogramme spécial (échographie Doppler pulsée) qui permet de visualiser les flux sanguins. «Ces patients ont avec certitude des troubles de vascularisation cérébrale, affirme l’oncologue.

En outre, les tests biologiques réalisés démontrent que 30% d’entre eux ont des taux élevés d’histamine, 50% ont trop de protéines de stress, la plupart ont un taux de mélatonine (hormone anticancer) trop bas, et 30% ont des niveaux d’anticorps et de protéines qui indiquent un choc thermique et témoignent d’une souffrance cérébrale.» Il ajoute que la moitié de ses patients sont également hypersensibles aux produits chimiques, les deux syndromes partageant les mêmes anomalies cérébrales.

L’oncologue nous a expliqué qu’il existe trois niveaux distincts de sensibilité aux polluants. D’abord, il y a l’intolérance, engendrée par le polymorphisme. «Cela signifie que nous sommes tous différents. Par exemple, 30 % de la population est plus à risque de contracter un cancer», dit-il. Ensuite, il y a la susceptibilité, facteur démontré par son collaborateur l’oncologue suédois Lennart Hardell qui a observé 16 familles plus électrosensibles en raison de leur hérédité génétique. Il y a également des facteurs de susceptibilité actifs, « comme les amalgames dentaires qui se comportent comme des antennes» captant les ondes. Enfin, l’hypersensibilité électromagnétique qui se manifeste en deux temps. « Le première phase est celle de l’induction par surexposition à une fréquence spécifique de CEM, soit de façon aigüe ou sinon chronique comme le fait de parler sur un téléphone mobile vingt minutes par jour, indique Dr Belpomme. Les premiers signes d’hypersensibilité sont la douleur et une sensation de chaleur dans l’oreille. La deuxième phase est celle de la constitution de la maladie. On devient alors intolérant à toutes les fréquences.»

Le conseil scientifique de l’Artac est présidé par le Dr Luc Montagnier, corécipiendaire en 2008 du prix Nobel de médecine comme codécouvreur du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) à l’origine du sida. Et le coordonnateur des recherches de l’Artac, le docteur en nutrition Philippe Irigaray, est l’un des cinq experts internationaux récemment invités par le Fonds de recherche en santé du Québec à sélectionner les meilleurs projets de recherche en prévention des cancers environnementaux. Philippe Irigaray souligne que le cerveau humain contient des magnétosomes, des oxydes de fer qui se comportent comme des aimants. L’électrosensibilité pourrait dépendre de leur quantité, qui varie d’un individu à l’autre.

Ces chercheurs préparent actuellement cinq articles scientifiques sur l’électrosensibilité. «Ça demande beaucoup de temps, dit Dominique Belpomme. Ils seront publiés dans un an ou deux.» Mais une action immédiate est nécessaire pour réduire la surexposition des gens aux CEM, a-t-il ajouté. En France, on estime déjà que 5 % des gens sont électrosensibles, et la proportion augmente avec la popularité croissante des technologies sans fil. « Les études démontrent que de 10 à 50 % de la population risque de devenir très intolérantes aux champs électromagnétiques au cours des 25 à 50 prochaines années. J’ai deux cas de sclérose en plaques déclenchée après l’utilisation prolongée du téléphone cellulaire, trois cas de cancer du sein – deux récidives après surexposition à des champs électromagnétiques et un cas lié à l’utilisation d’ordinateurs – et des preuves anecdotiques également concernant l’autisme et la maladie d’Alzheimer dont le risque est beaucoup plus élevé que le cancer. Les liens de causalité avec les champs électromagnétiques sont très possibles.»

Heureusement, ce médecin arrive à soulager certains patients en administrant des tonifiants du système nerveux et en fermant la barrière hémato-encéphalique à l’aide de médicaments antihistaminiques.
aucun lien établi, selon l’ oms En 2005, l’Organisation mondiale de la santé affirmait que les symptômes éprouvés par les personnes qui se disent atteintes d’hypersensibilité électromagnétique ( HSEM) pourraient être d’ordre psychosomatique ou reliés à diverses autres causes (problèmes visuels, mauvaise qualité de l’air, problèmes ergonomiques, etc.). «Il n’existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire, ni base scientifique permettant de relier les symptômes de la HSEM à une exposition aux CEM.Des études bien contrôlées et menées en double aveugle ont montré que ces symptômes n’étaient pas corrélés avec l’exposition aux CEM.» Depuis cet organisme a reconnu un impact favorisant vis à vis du cancer.

Selon cet oncologue, le lien de cause à effet entre l’exposition aux champs magnétiques et la leucémie ne fait plus de doute. «Quand on augmente la dose, on augmente le taux de leucémie. Des dizaines d’études toxicologiques en laboratoire le démontrent de la façon la plus évidente, tant in vitro que chez l’animal.»

Pour sa part, la chercheure ontarienne Magda Havas, de l’Université Trent, affirme que les études aux résultats négatifs concernant l’électrosensibilité comportaient des failles majeures. « Les chercheurs présumaient que les réactions sont instantanées alors que souvent il y a un délai entre l’exposition et la réponse. Les gens ne sont pas des interrupteurs qu’on peut allumer et éteindre.

Ces études insinuent erronément que si l’on ne peut pas sentir quelque chose, cela ne peut nous nuire. Or, on sait très bien que l’on ne peut pas détecter le goût de l’arsenic, du plomb, du DDT ni de l’amiante, mais ils sont tous toxiques.»

http://sortirduchaos.wordpress.com/2012/03/15/lintolerance-electromagnetique-elucidee/

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Mangez-bio si vous ne voulez pas devenir un légume!

 L’agriculteur FNSEA “traditionnel” commence par tuer au round uptous les micro-organismes qui font la fécondité et la santé de la terre, son aération, la régulation et le filtrage de l’eau, la mobilisation des nutriments minéraux, que les plantes rendent colloïdales donc assimilables.

Il prétexte ensuite qu’il n’y a plus d’eau pour gaspiller l’eau potable et qu’il n’y a pas d’air pour retourner la terre. Ce faisant, les derniers rescapés se retrouvent dans un environnement aérobie ou anaérobie, qui leur est mortel.

Il arrache les “mauvaises herbes” qui seules peuvent sauver son sol: les chardons, les achillées millefeuilles … qui, de leurs racines, forent le sol et l’aèrent à nouveau et remontent le magnésium, le calcium, la potasse, le phosphore…

Alors ils s’aperçoivent que ces éléments manquent et ils en ajoute en provenance de l’industrie chimique, plus de l’azote.

Et qu’avez-vous dans votre assiette?

Un dosage approximatif d’éléments théoriquement comparables mais pratiquement inassimilables issus de plantes malades, qui vous rendent……malades!

Ajoutez à cela les poisons destinés aux petites bêtes plus intelligentes qu’eux et aux mauvaises herbes qui pourraient nous soigner, et ne vous étonnez plus d’être mal en point.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Toits en zinc ou bardage acier – attention!

Ils sont à la mode pour leur facilité de pose, leur aspect modulable et léger, mais ils nous isolent du rayonnement cosmique.
Or celui-ci nous protége du rayonnement tellurique (provenant du sol) qui comporte notamment des rayonnements neutroniques, des trains de particules et des rayonnements gamma au droit des failles humides.
Une compensation et un équilibrage se produisent, comme dans la chambre à bulle d’un accélérateur de particules, car le rayonnement neutronique se transforme en rayonnement gamma par effet maser au sein des failles et le long des matériaux formant falaise. Leur collision entraîne la destruction de certaines particules la création d’autres, mais on constate qu’au niveau du sol où nous vivons l’ambiance radioactive et électrique est tout à fait gérable par notre ADN, sauf si l’émission est bloquée dans un sens seulement, et même, lorsqu’elle est bloquée dans les deux sens, c’est-à-dire, si l’on s’isole à la fois des courants telluriques et des ondes cosmiques, le corps ne peut survivre durablement, d’où les problèmes rencontrés par les spationautes. Une souris ne survit pas une semaine dans de telles conditions.
Ce qui semble manquer le plus, le cas échéant, est la fréquence de Schumann, qui serait l’émission électromagnétique de la planète, en 8 hertz environ, qui est proche de notre fréquence d’endormissement, aux alentours de 10 hertz. Nous aurions donc besoin d’être cocoonés par notre mère la Terre.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

ne tuez plus votre nourriture

La micro électricité a prouvé que nos aliments comme nous mêmes ont des champs électromagnétiques qui permettent l’échange, la reconnaissance et l’acceptation par le biais de leurs fréquences.

Si nous cuisons nos aliments, nous supprimons leur activité électrique et nous en faisons des matières inconnues pour notre système digestif.

Ne nous étonnons pas ensuite si nous devenons allergiques après avoir imposé à notre organisme une quantité de choses qu’il ne reconnait pas comme pouvant faire partie de lui.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Pour les sudistes: conférence sur l’interaction ondes et vivant

Conférence Sécurité et Ondes électromagnétiques, Docteur René de SEZE.
Date: mardi 24 janvier 2012 18:00
Lieu: ENSEEIHT, Amphi B00

Le groupe SEE Midi-Pyrénées organise en collaboration avec l’AIn7 et l’URISMIP,
le mardi 24 janvier 2012 à partir de 18h00 à l’ENSEEIHT de Toulouse (Amphi B00)
une conférence sur les implications des ondes avec le vivant intitulée:
“Sécurité et ondes électromagnétiques”
par le Dr René de SEZE de l’ INERIS / Unité de Toxicologie Expérimentale

Il s’agit d’un négationniste; raison de plus pour y mettre votre grain de sel.

Entrée libre

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

nouvelle freebox = danger

Drôle de rayonnement sur la V6 de Free.

L’appareil de mesure est au taquet à 6 V/m.

Fin 2011 j’ai testé une box free V6 avec un HF 35, le bruit de Wifi m’a paru normal. Il est facile de la désactiver totalement par le panneau tactile, par contre elle se réactive automatiquement si le courant est couper pour un reset. 
Free fait le forcing de  pour remplacer ses vieilles Free box par des HD, j’en suis à la deuxième proposition. De plus si tu acceptes ton contrat repart à zéro pour l’ancienneté.
free box revolution
Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

tout est vibration – emprunt & hommage à Jacqueline Bousquet multidiplômée mais compréhensible


Tout est vibration, donc information(1) par OpenTheEyes


Tout est vibration, donc information(2) par OpenTheEyes


Tout est vibration, donc information(3) par OpenTheEyes


Tout est vibration, donc information(4) par OpenTheEyes

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

quelques conseils rapides

… pour vous permettre de prendre votre santé en main :

Rayonnements naturels

Veines d’eau souterraines et failles géologiques : elles émettent un rayonnement ionisant (qui arrache des électrons aux atomes) susceptible d’affecter le système cellulaire, avec risque de maladies graves (cancer,..) après quelques années d’exposition.

Réseaux telluriques (Hartmann, Curry,…) : perturbations du champ magnétique terrestre formées en quadrillages dont les points de croisements (ou “nœuds”) sont pathogènes. Non ionisants, ils affectent surtout les systèmes nerveux (= électrique), endocrinien (= chimique) et immunitaire.

Rayonnements artificiels très basse fréquence (50 Hz)

Les champs électriques générés par l’installation électrique, les appareils, luminaires, etc. sont perturbants. Ils affectent les systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire et inhibent en particulier la sécrétion de mélatonine, l’hormone “du sommeil”.

Les champs magnétiques (transformateurs des TV, PC, appareils électriques et tous accessoires électriques comportant un petit bloc à brancher) peuvent en plus avoir un effet cellulaire à long terme (cancer,…) en cas d’exposition importante (intensité ou durée).

Règle essentielle : l’éloignement des appareils électriques, des blocs-prises, des transformateurs, des fils électriques. L’intensité du champ électromagnétique décroît avec la distance.

Prise de terre : une “bonne” terre doit vous protéger du risque d’électrocution. De plus, elle draine les champs électriques vers la terre, ce qui est très important pour votre santé. Pour atteindre cet objectif, elle doit offrir une résistance inférieure à 10 ohms. Il est donc vivement conseillé de faire mesurer sa prise de terre par un professionnel et, le cas échéant, de la faire améliorer.

Lampes de chevet, lampadaires : l’interrupteur doit couper la phase et non le neutre. Vérifier avec un tournevis-testeur (le témoin du tournevis ne doit pas s’allumer en touchant les pôles de la lampe branchée mais éteinte) ou mieux : remplacer les interrupteurs unipolaires par des bipolaires (coupant les deux fils).

Radio-réveil : branché sur le secteur, émet un champ électrique et magnétique (dû au transformateur) important. A bannir de la table de nuit.

Lit électrique : crée un champ électrique perturbant sur tout le lit. Champ magnétique supplémentaire au niveau des moteurs (modifie le magnétisme terrestre). A débrancher pour la nuit ou munir d’un interrupteur bipolaire. Couvrir les moteurs d’un écran fait d’aluminium alimentaire (env. 10 couches d’épaisseur) mais la perturbation du champ magnétique terrestre demeure.

Matelas à eau – couvertures chauffantes : à débrancher impérativement pour la nuit.

Lampes de sel : ionisation négative sur… quelques centimètres ! Rayonnement perturbateur sur plusieurs mètres. A supprimer ou au moins à débrancher (si logement harmonisé). Tenir écarté des lits.

Interrupteur automatique de champ : il coupe le courant à partir du tableau électrique lorsque le dernier consommateur est éteint (ex. lampe de chevet). Il doit s’envisager dans un logement dépourvu de terre et difficile à en doter, et en présence de champs électriques importants au niveau du lit. Se fait installer par un électricien, sur le tableau électrique, couplé au(x) circuit(s) à protéger (essentiellement chambres à coucher).

Rayonnements artificiels hautes fréquences

Les rayonnements hautes fréquences produisent des effets thermiques (téléphone contre l’oreille), mais également athermiques par ouverture de la barrière hémato-encéphalique (BHE ou barrière sang-cerveau), créant des mini-oedèmes dans le cerveau et des inflammations des méninges, avec un dérèglement du système nerveux autonome et, selon des études récentes, un risque de tumeur du cerveau et de la maladie d’Alzheimer.

Pour plus d’informations sur les rayonnements hautes fréquences : www.criirem.org – www.next-up.org .

Téléphone d’intérieur sans fil DECT : cause importante de pollution électromagnétique de l’habitat, la base émet en permanence un champ d’ondes numériques de 1900 MHz, pulsées à 100 Hz, dans un rayon de 50 à 300 m. A remplacer par un téléphone filaire ou sans fil analogique (norme CT1), éventuellement un ECO-DECT (70% de rayonnement en moins, si le combiné est sur sa base), ou à placer dans un boîtier anti-rayonnements.

WiFi – Bluetooth : les liaisons sans fil de matériel informatique, hi-fi, GPS, consoles de jeux (Wii…), PDA, émettent sur une fréquence de 2400 MHz (WiFi) à 2480 MHz (Bluetooth), proches de la fréquence de résonance de l’eau, qui est de 2450 MHz (notre corps est composé à 70% d’eau…). Il s’agit, avec le DECT, de la première cause de pollution électromagnétique domestique (voir l'”appel de Freiburg” des médecins allemands).

A éviter absolument ! Remplacer par des liaisons par câbles Ethernet ou USB, ou placer dans un boîtier anti-rayonnements, ou envelopper dans du tissu anti-rayonnements.
Attention : le fait de relier le PC au modem par câble ne désactive pas la fonction WiFi, et sa désactivation par Internet ne garantit pas qu’elle reste désactivée !

Téléphone portable : il émet sur une fréquence de 900 ou 1800MHz (GSM), 2200 MHz (UMTS). Cet effet concerne également les personnes proches d’un utilisateur. A utiliser avec modération, surtout pour les plus jeunes ! Un appel téléphonique ne doit pas excéder 6 minutes… A équiper d’un kit mains-libres “stéthoscope”.

Antennes-relais : mêmes fréquences et risques que les téléphones. Plus distants, donc puissance moindre, mais émission pulsée permanente.

Four micro-onde : en plus du champ électromagnétique de 2450 MHz émis à plusieurs mètres, il détruit en quelques secondes l’énergie de l’aliment, n’en laissant que le support (ce qu’on voit), dont la digestion va consommer de votre réserve d’énergie, au lieu de vous en apporter. En plus, il modifie l’équilibre chimique du lait et peut le rendre neurotoxique.
A vous de juger… et pensez aux biberons et petits pots des bébés !

Ce que vous devez impérativement faire :

Perturbations naturelles

Les failles géologiques, veines d’eau souterraines, réseaux telluriques, etc. ne pouvant pas physiquement être supprimées, un harmonisateur permet de les compenser et en annule les effets biologiques.

Toutefois, une précaution supplémentaire vivement recommandée consiste, dans la mesure du possible, à déplacer les lits en cas de faille ou veine d’eau importante sous les lits (rayonnements ionisants).

Perturbations artificielles

Elles peuvent pour la plupart être facilement supprimées, lorsqu’elles proviennent de l’intérieur de votre logement. Aussi, appliquez ces quelques conseils, et faites contrôler et mesurer par un professionnel votre installation électrique (prise de terre en particulier) et vos appareillages électriques et électroniques, et apportez toutes les modifications nécessaires à votre installation.

Certains matériels étant difficiles à trouver sur le marché français (blocs-prises blindés – boîtiers anti-rayonnements – kit mains-libres pour portables type “stéthoscope” – tissus et peinture anti-rayonnements…), l’IGA a demandé à un de ses membres, conseiller en environnement électromagnétique de les importer :
Jean-Pierre SCHERRER – 03 89 50 48 99 – www.choix-de-vie.com.
Il réalise également des analyses très complètes des perturbations artificielles de votre logement.

Votre santé est entre vos mains ! Et, en particulier :

“Les cerveaux de nos enfants sont notre ressource économique la plus précieuse, et nous n’avons pas reconnu combien ils sont vulnérables. Nous devons faire de la protection du jeune cerveau un objectif prioritaire de la protection de la santé publique. Vous avez seulement une chance de développer un cerveau”.

Philippe Grandjean, Adjunct Professor of Environmental Health – HARVARD School of Public Health – Boston, USA.

peinture anti-rayonnement
Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

protections individuelles ou des locaux


protection.jpgJe ne vous recommanderai que les dispositifs dont j’ai moi-même vérifié l’efficacité:

Ekizone, commercialisé par les praticiens de l’IGA (68-Diddenheim) après analyse, harmonisation, et évitement, dans la mesure du possible.

Tissus tramé de fil d’argent pour emballer votre box en vente chez Le Grand habitat santé ou Choix-de-vie.com, tous deux sur internet; préconisé par le Docteur Klinghardt, notamment à titre de “moustiquaire” anti-ondes pour retrouver le sommeil.

Autre protection non testée mais crédible: les vêtements préconisés par le site de Next-up et en vente sur le site de choix de vie (voir ci-contre dans les liens).

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter