Tag Archives: bioélectronique

découvrez la bioélectronique selon Louis-Claude VINCENT

Notions sur la technique bio-électronique

La bio-électronique est une technique physico-chimique utilisant, à température donnée les mesures du pH, du rH2 et de la résistivité électrique (rô) des solutions aqueuses.
– Le pH renseigne sur l’acidité ou l’alcalinité du milieu étudié.
– Le rH2 indique pour un pH donné, les facultés réductrices ou oxydantes de la solution, ce facteur mis en valeur par la bio-électronique, est lié au potentiel redox et au pH par la formule de Nernst.
– Le rô (en ohms) renseigne sur les propriétés conductrices ou isolantes de la solution étudiée.

L’échelle du pH va de 0 à 14 avec la neutralité à 7 (solution acide si pH <7 et alcaline si pH >7)
L’échelle du rH2 va de 0 à 42 avec la neutralité à 28 (solution réductrice si rH2 < 28 et oxydée > 28).
L’échelle du rô est très étendue selon la concentration du liquide en électrolytes.

Exemples :

– urine très chargée: rô=30 ohms
– sang très fluide : rô=220 ohms
– eau de Volvic : rô=6000 ohms etc…

Ces mesures, bien que banales de nos jours, exigent un très grand soin. Il est alors possible en reportant ces données sur un graphique à deux dimensions de comparer diverses solutions et de suivre leur évolution en fonction des facteurs influents (stress, médicaments, alimentation, boissons, rythmes cosmiques…).

La réalité de 4 milieux différents se trouve démontrée :

1- milieu acide – réducteur (zone de construction de la vie)
2- milieu acide – oxydé (zone des forces de conservation)
3- milieu alcalin – oxydé (zone de dégradation de la vie)
4- milieu alcalin – réducteur (zone des forces de destruction)

La confrontation avec d’autres approches (analyse, diagnostic…) permet des choix pratiques pour l’eau, la santé, l’alimentation…

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter